Genres musicaux

Musique instrumentale

Violoniste et claveciniste, Rameau laissa plusieurs recueils de musique de chambre dans le goût de son temps. Ses livres de pièces de clavecin s’inscrivent dans la grande tradition française des clavecinistes du XVIIe siècle (Louis Couperin, Chambonnières et d’Anglebert) et se caractérisent notamment par une ornementation chargée et extrêmement codifiée. Ils sont contemporains des « Ordres » de François Couperin. Comme ce dernier, Rameau cultive le goût des miniatures, des pièces à titres et des portraits musicaux. Les pièces les plus tardives témoignent d’une virtuosité exigeante, qu’elle soit digitale et revendiquée (Gavotte et ses doubles, Les Niais de Sologne), ou mise au service d’une évocation ou d’une peinture (Les Tourbillons, La Poule, Les Trois Mains). En ce sens, les pièces de Rameau participent au renouveau de la musique française pour clavecin du XVIIIe siècle, poursuivi par Bury, Royer, Forqueray, Duphly et Balbastre. D’une formation plus originale pour l’époque, les Pièces de clavecin en concerts regroupent, autour d’un clavecin concertant et indépendant, un violon et une viole (la première partie étant jouable à la flûte, et la seconde au violon). Directement inspirés des pièces pour clavecin avec accompagnement  de violon de Mondonville, ces « concerts » développent le potentiel descriptif élaboré dans les pièces de clavecin. On en trouve l’écho, à la même période, dans les Quatuors parisiens de Telemann.

[Benoit Dratwicki]